Trousse de survie


L'adaptation à l'université : une transition rapide et réussie

L'arrivée à l'université comporte son lot de nouveautés : un lieu de vie différent, de nouvelles rencontres, des réalités scolaires variées, etc. Tous ces changements sont souvent stimulants, mais ils peuvent également être déstabilisants, voire très stressants.


Consultez la capsule complète pour connaitre stratégies et pièges à éviter.

Ah, ces fameuses résolutions de début de sesssion...

Repartez à zéro

En début de session, tous les espoirs sont permis. Vos intentions sont bonnes, mais soudainement tout devient plus difficile et compliqué.


Rien ne va plus

Pour éviter de se retrouver dans cette situation très désagréable, quelques questions peuvent vous guider :

  • Les objectifs que vous vous fixez dans votre temps d'étude sont-ils réalistes? Tiennent-ils compte de vos capacités et de votre rythme habituel de travail?
  • Est-ce que vous estimez bien le temps nécessaire à vos différentes tâches scolaires?
  • Est-ce que votre planification offre une certaine souplesse en cas d'imprévu?

 

Réajustez-vous

Identifiez la source de vos difficultés et tentez d'y remédier. Observez-vous une forte tendance au perfectionnisme? N'étirez pas vos heures d'étude pour rien. Au delà d'un certain nombre d'heures, la concentration diminue et perd de son efficacité.

Avez-vous une tendance à tout remettre au lendemain? Tentez d'identifier ce qui cause votre évitement. Souvent, des objectifs trop élevés, une incompréhension de la matière ou un manque d'intérêt peuvent être la source du problème.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Être capable de se relire, c’est utile!

Avez-vous déjà expérimenté un sentiment de confusion ou de découragement lorsque, rivé sur vos notes, vous n’arrivez même plus à déchiffrer votre propre écriture?

 

Une bonne prise de notes nécessite une préparation avant même d’assister au cours. Avoir une idée de la matière qui sera abordée peut vous aider à vous sentir mieux pour suivre le cours. Pendant le cours, assurez-vous d’avoir tout votre matériel à portée de main.

 

Certains étudiants tombent dans le piège de vouloir écrire tout ce que dit l’enseignant, de peur d’oublier des notions importantes. À trop vouloir, vous perdez confiance en votre capacité à retenir ce qui est essentiel. Mieux vaut prendre quelques temps après le cours pour compléter vos notes, au besoin. Pour y parvenir, laissez de l’espace pour être en mesure de rajouter de l’information. Surtout, évitez la plus grande perte de temps qui soit : retranscrire intégralement le contenu des notes déjà prises pendant le cours.


Besoin d'un coup de pouce de plus? Inscrivez-vous à l'atelier gratuit Méthodes et stratégies pour une prise de notes et une lecture efficace.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Chacun son style!

Préférez-vous apprendre en mettant la « main à la pâte »? Êtes-vous de type logique et concis, préférant l’analyse des idées et des problèmes aux applications techniques? Ces préférences réfèrent au style d’apprentissage. Il n’y a pas de bon ou de mauvais style d’apprentissage; en ce sens, chacun possède un style unique.

Les gens intuitifs se distinguent des gens méthodiques de par leur préférence à tenir compte de leur impression de départ. Les gens méthodiques agissent en fonction d’une logique et sont portés à organiser et structurer l’information. Enfin, certains se sentent particulièrement stimulés par le monde des idées et intéressés par la rigueur et la validité des théories. À l’opposé, il existe des gens plus pragmatiques qui préfèrent appliquer, expérimenter concrètement. Ils ont parfois besoin d’être plus actifs physiquement.

Connaitre son style d’apprentissage, c’est tenir compte de sa personnalité, de ses aptitudes et de ses préférences. Enfin, cela permet de mieux profiter de ses apprentissages et de s'améliorer en intégrant de nouvelles façons d’apprendre. Parce qu’on n’a jamais fini d’apprendre comment apprendre!


Assistez à un des ateliers gratuits de Soutien à l'apprentissage pour obtenir encore plus de trucs et astuces pour réussir.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Je l'ai sur le bout de la langue!

Le trou de mémoire peut être éprouvant, surtout lorsqu’il survient en plein examen : on perd du temps, le stress augmente… Pas de panique! En fait, ce fameux « trou » est souvent moins vide qu’il n’y parait à première vue : l’information est là, quelque part, mais on ne la retrouve plus.

Sachez qu'il est inutile de passer plus de deux minutes sur une question qui vous bloque. Passez à la question suivante. Souvent, c’est lorsqu’on y pense le moins que la réponse nous revient. Vous pouvez aussi tenter de repenser au cours où l’on vous a enseigné cette matière : Où étiez-vous assis? Qu’aviez-vous mangé? Avec qui? Comment était habillé le professeur? Essayez de revoir les acétates dans votre tête, le tableau à l’avant de la classe… Le cerveau fait des associations inusitées qui peuvent parfois nous permettre de retrouver une information.


Besoin d'un coup de pouce de plus? Inscrivez-vous à l'atelier gratuit Méthodes et stratégies pour une préparation efficace aux examens.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

L’angoisse de la page blanche

C’est le scénario catastrophique pour certains : on est à la table de travail, la feuille blanche et le crayon posés devant soi; mais aucune idée ne vient, c’est le vide total, rien.
Beaucoup de gens connaissent ce qu’est l’angoisse de la page blanche, mais peu savent qu’elle fait partie du processus normal de rédaction. En fait, la plupart des auteurs ou des journalistes ont des périodes de doute et d’angoisse dans la réalisation d’un texte. Ce qui rend l’angoisse plus « supportable » pour ces derniers, c’est la certitude que cette angoisse est justement normale et passagère. Au-delà de l’angoisse, il y a l’idée de génie, la satisfaction du travail accompli et du dépassement de soi. Il ne faut donc pas fuir l’angoisse de la page blanche : elle est inévitable et même souhaitable. Le défi est d’apprendre à la tolérer.


Besoin d'un coup de pouce de plus? Inscrivez-vous à l'atelier gratuit Méthodes et stratégies pour une préparation efficace aux examens.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Le stress, vous connaissez?

Anticipez-vous une surcharge de travail? Les échéanciers arrivent-ils trop rapidement? Les exigences des professeurs vous apparaissent-elles élevées? Une des choses qui peut nous aider dans ces moments particulièrement névralgiques est d’identifier la source de notre stress. En se faisant, nous pouvons agir soit sur les événements et situations extérieurs auxquels nous sommes exposés, soit sur les facteurs personnels qui influencent notre résistance au stress. À partir du moment où nous identifions les sources de stress, nous pouvons envisager des solutions. Il s’agit alors de faire une liste de tous les changements que nous pourrions apporter pour nous sentir mieux. Comme par exemple, réviser nos priorités, abandonner certaines activités temporairement, apprendre à dire non, mieux organiser notre temps et parfois déléguer certaines tâches. Un trop grand perfectionnisme, des attentes démesurées peuvent contribuer à nous rendre particulièrement vulnérable au stress. Enfin, il arrive parfois que des situations telles une rupture amoureuse ou des problèmes de santé nous rendent moins performants. Il devient alors important de diminuer nos exigences pour un certain temps afin de nous laisser de l’espace pour récupérer.


Besoin d'un coup de pouce de plus? Inscrivez-vous à l'atelier gratuit Méthodes et stratégies pour une préparation efficace aux examens.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Lire ou ne pas lire

Les exigences académiques et le nombre élevé de lectures à effectuer demandent de la part de l’étudiant qu’il soit efficace et stratégique dans la répartition de son travail. Avant de se lancer tête baissée dans une lecture, l’étudiant doit d’abord avoir en tête les raisons qui le poussent à lire: est-ce pour se divertir? Se préparer en vue d’un cours? Se faire une idée générale d’un contenu? Trouver une information spécifique? Pour un examen?

Afin d’être plus efficace dans ses lectures, il faut pouvoir aborder ces dernières avec le même regard que celui qui lit le journal le matin : certains cahiers seront lus en détail; d’autres survolés du regard ou encore seront carrément mis de côté. Rien n’oblige l’étudiant à tout lire en détail pour être bien informé… ni pour bien réussir à l’Université!

Besoin d'un coup de pouce de plus? Inscrivez-vous à l'atelier gratuit Méthodes et stratégies pour une prise de notes et une lecture efficace.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Pourquoi il réussit et pas moi?

Les étudiants qui réussissent le mieux sont davantage conscients de l’importance de maintenir un équilibre entre les différentes sphères de leur vie. Ils ne sont pas centrés sur le fait d’«avoir de bonnes notes à tout prix» mais plutôt sur l’atteinte d’objectifs autant académiques, personnels que professionnels. L’idée n’est pas tant de devenir un «sur-homme» ou une «sur-femme», mais plutôt de demeurer alerte en développant sa curiosité et son ouverture face aux nombreuses possibilités qu’offre cette étape de votre vie.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Quand la motivation nous abandonne...

La motivation se caractérise par un élan qui pousse à agir et à mener ses projets à terme. Pour la conserver, il est souhaitable d’avoir des buts à long terme qui soient clairs et précis. À plus court terme, se fixer des buts d’apprentissage pour chaque cours peut contribuer à se sentir plus engagé dans ses études. Préserver une attitude positive face aux défis et aux difficultés rencontrés peut aussi aider. Il arrive toutefois que les problèmes de motivation persistent. La première chose à faire consiste à déterminer ce qui peut en être la cause. Parfois, un problème d’orientation scolaire, une rupture amoureuse ou des problèmes financiers peuvent avoir des répercussions sur la motivation. À l’occasion, ce sont des caractéristiques personnelles qui entravent la motivation. C’est le cas de l’étudiant qui adopte une attitude trop perfectionniste, qui manque d’organisation, de régularité dans le travail ou qui n’a pas les compétences requises pour mener à bien le programme dans lequel il étudie. Pour s’aider, l’étudiant peut essayer de retrouver le moment où la motivation s’est détériorée. Identifier le problème et trouver des solutions afin d’apporter les changements nécessaires peut redonner le goût de s’investir dans son projet d’étude.


Assistez à un des ateliers gratuits de Soutien à l'apprentissage pour obtenir encore plus de trucs et astuces pour réussir.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Quelle est votre excuse favorite pour remettre vos tâches
à plus tard?

La procrastination – tendance à remettre les choses à plus tard – peut devenir une plaie dans la vie de certains étudiants. Les échéances lointaines, inhérentes à la vie universitaire, placent certains étudiants dans des situations difficiles, telles que devoir produire un travail d’une dizaine de pages la veille de la remise. Comment peut-on éviter de se retrouver trop souvent dans un tel pétrin? La réponse à cette question est souvent complexe. Mais on remarque que lorsqu’il est confronté à des tâches désagréables, ennuyantes ou difficiles, le cerveau de l’expert en procrastination sécrète de façon quasi automatique une ou deux bonnes excuses qui, à première vue, justifient fort bien cet atermoiement. Apprendre à identifier ses excuses habituelles, à évaluer leur bien-fondé pour ensuite cesser de leur obéir de façon mécanique peut s’avérer un pas dans la bonne direction.

Pourquoi vous remettez à demain ce que vous pouvez faire aujourd'hui? Décortiquez la procrastination.

Relaxez, c'est juste la fin de session

Découragement, peur de l’échec, incertitude et stress, mêlés à votre rush de fin de session, sont des concepts beaucoup trop familiers? En cette période tumultueuse, les SAÉ et la FAÉCUM sont de bons points de départ pour vous aider à repenser votre rapport au stress.


Consultez nos capsules-conseils pour vous aider à garder le cap en fin de session!

Restez attentif durant les cours

Avec les nombreuses sources de distraction présentes dans une salle de cours, il est facile de détourner son attention vers autre chose que le professeur.

Voici quelques conseils :

  • Assurez-vous d’abord d’avoir une bonne nuit de sommeil la veille de vos cours.
  • Arrivez à l’avance et révisez rapidement les notes du cours précédent.
  • Survolez le plan de cours du jour.
  • Prenez des notes.
  • Posez des questions.
  • Prenez l’habitude de vous resituer régulièrement dans le plan de cours.
  • Profitez des pauses pour bouger ou vous étirer afin d’éviter l’engourdissement.
  • Répartissez vos cours durant la semaine. Évitez les journées de neuf heures de cours.

Enfin, quand votre attention vous joue des tours, soyez indulgents avec vous-même. Il est impossible d’être toujours attentif!



Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »

Trouvez l’erreur

Il est étonnant de constater comment on répète parfois les mêmes erreurs sans toutefois se demander comment elles pourraient être évitées la prochaine fois. Combien de fois a-t-on entendu, lors de la distribution des résultats d’examens, les « Ben oui, c’était évident! », ou les
« Comment j’ai pu oublier ça? ». Certains croient que les examens représentent l’aboutissement final de leur démarche scolaire. Après, il n’y a plus rien! C’est faux : bien se préparer à ses examens consiste aussi à apprendre de ses erreurs. Ainsi, chaque type d’erreur a son remède : l’erreur d’inattention, le manque de temps, l’incompréhension, l’oubli…

Et vous, quel type d’erreur faîtes-vous?


Besoin d'un coup de pouce de plus? Inscrivez-vous à l'atelier gratuit Méthodes et stratégies pour une préparation efficace aux examens.


Ce contenu vous a-t-il été utile?
Oui
Non
 Vous avez d’autres questions ?
 Envoyer une demande »



Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.